Une méthode facile pour devenir un préféré d’Allāh Ta‘ālā

Il est rapporté dans les Ḥadīth qu’une personne devient un préféré d’Allāh Ta‘ālā en accomplissant des œuvres facultatives (actes nafl).  Face à une telle récompense comment peut-on ne pas pratiquer et encourager à pratiquer les œuvres facultatives (actes nafl) ?

Ṣalāt-ul-awwābīn

Il est rapporté qu’Awwābīn c’est le fait qu’une personne fait 6 raka‘āt nafl après la Ṣalāh farḍ de maghrib.  La communauté toute entière fait déjà 4 raka‘āt, soit deux sunnah et deux nafl. Il suffit d’en ajouter 2 pour obtenir les 6 d’Awwābīn.

On notera que la personne qui reçoit 10 000 euros de salaire mensuel aura 1 440 000 euros de salaire en 12 ans. Mais si on reçoit 12 années de salaire chaque nuit, très certainement nous n’aurons pas de dette. Par conséquent :

  • La personne qui prie Awwābīn aura la récompense de 12 années d’adoration.
  • La personne qui prie Awwābīn aura ses péchés effacés même s’ils sont équivalents à l’écumes de tous les océans.
  • Awwābīn est une autre dénomination de Tawwābīn. C’est-à-dire ceux qui se repentent en abondance. ’Allāh Ta‘ālā aime les gens qui se repentent énormément.  Celui qui se repent est comme celui qui n’a pas commis de péché.

Ṣalāt-ul-tahaddjud

C’est la Ṣalāh la plus vertueuse et la plus facile de toute les Ṣalāh nafl. Shayṭān nous fait comprendre qu’il n’est pas possible d’accomplir cette Ṣalāh et nous prive par la même occasion de ses vertus ! Il est rapporté dans les Ḥadith que toute Ṣalāh après la ‘ishā’ est tahaddjud.  ‘Allāmah Shāmi  رحمه الله تعالى en prenant comme base ce Ḥadīth mentionne que  toute Ṣalāh après la ‘ishā’ est tahaddjud (même avant de dormir ou avant le milieu de la nuit).  Uniquement par le fait de faire deux unités de prière après la ‘ishā’, même assis, nous auront accompli le tahaddjud.  En voici les vertus du tahaddjud  :

  • C’est la voie des pieux
  • Vous devenez un bien aimé d’Allāh Ta‘ālā
  • Les péchés sont effacés
  • Cette prière nous accorde les ressources nécessaires pour rester à l’écart des péchés.

En faisant le tahaddjud une personne aura les du‘a’ de toutes les Ṣalāh des musulmans de l’univers (même celui de son ennemi). En effet dans le tashahhud, on dit :

 » Que la paix soit sur nous ainsi que sur les esclaves pieux d’Allāh Ta‘ālā »

Par conséquent, en faisant uniquement deux raka‘āt de tahaddjud après ‘Isha on profitera de ce bienfait.

Ṣalāt-ul-ishrāq

Il est généralement coutume qu’après le fadjr, la communauté est constant dans la lecture du Qur’ān, le dhikr,… Cependant, 15 minutes après le lever du soleil, l’heure d’Ishrāq commence.  Cette Ṣalah est au minimum de 2 raka‘āt.  Même si une personne se repose après le fadjr puis fait la Ishrāq un peu plus part, sa prière sera accomplie mais les récompenses seront moindres.

  • ‘Ishrāq est supérieur que de dépenser tout l’or et l’argent du l’univers dans le chemin d’Allāh Ta‘ālā.
  • En l’accomplissant on aura la récompense d’avoir accompli le Haddj et la ‘Umrah
  • Les besoins journaliers seront obtenus.

Ṣalāt-uḍ-ḍuḥā (Chāst)

L’heure de cette prière commence après celle d’Ishrāq et dure jusqu’à midi.  Par conséquent une personne peut accomplir la Ṣalāt-uḍ-ḍuḥā (Chāst)  immédiatement après la Ṣalāt-ul-ishrāq.  Ṣalāt-uḍ-ḍuḥā (Chāst) est la Ṣadaqah pour les joints des os du corps humain (pour ce bienfait qu’Allāh nous  a accordé).  La personne qui est atteint de goutte ou d’arthrose peut accomplir cette prière pour ‘Allāh avec l’espoir d’avoir la guérison.  Il ne faut pas confondre l’intention de la prière qui est pour ‘Allah et les éventuels profits qu’on pourrait obtenir de cette prière. Dans notre cas le profit c’est la guérison si ‘Allāh le veut. Dans la Ṣalah Nafl, on peut cumuler les intentions et avoir les récompenses en conséquence. On peut uniquement par l’accomplissement de deux unités de prières faire l’intention de Ṣalātut Tawbah, Ṣalātul Hājah, Ṣalātush Shukr, Ṣalātul Istikhārah, Ṣalātul Awwābīn, Ṣalātut Tahaddjud Ṣalātuḍ ḍuḥā, Ṣalātus Safr, Tahiyyatul Wudḍu, Tahiyyatul Masdjid.  A cela on peut attribuer les  thawāb à Nabi Karim صلي الله عليه و سلم, a ses épouses, à ses enfants, à sa famille, aux Ṣaḥābah رضي الله عنه, aux Tābiʻīne, aux Tābi Tābiʻīne, aux ‘Ulamā’, aux Mashāikh de la communauté, aux Shuhadā’, aux biens aimés d’Allāh Ta‘ālā, à nos parents, à notre famille, aux morts, aux amis, aux étudiants en islām, à toutes personnes qui font des œuvres sociales et aux personnes qui œuvrent pour le dīne ou tout simplement à tous les musulmans.

Publication 4 Institut Sabiloul Kawsar – 1 Rabiʻuth thāni 1436 (21 Janvier 2015)

Traduit par Mufti Mouhammad Yassine Panchbhaya.

Publication original de l’Université Shar’iyyah d’Azaadville

Laisser un commentaire