Note d’information sur les seminaires à venir.

Le catalogue de formation 2018 est disponible dans l’espace téléchargement.

Une méthode facile pour devenir un préféré d’Allāh Ta‘ālā

Il est rapporté dans les Ḥadīth qu’une personne devient un préféré d’Allāh Ta‘ālā en accomplissant des œuvres facultatives (actes nafl).  Face à une telle récompense comment peut-on ne pas pratiquer et encourager à pratiquer les œuvres facultatives (actes nafl) ?

Ṣalāt-ul-awwābīn

Il est rapporté qu’Awwābīn c’est le fait qu’une personne fait 6 raka‘āt nafl après la Ṣalāh farḍ de maghrib.  La communauté toute entière fait déjà 4 raka‘āt, soit deux sunnah et deux nafl. Il suffit d’en ajouter 2 pour obtenir les 6 d’Awwābīn.

On notera que la personne qui reçoit 10 000 euros de salaire mensuel aura 1 440 000 euros de salaire en 12 ans. Mais si on reçoit 12 années de salaire chaque nuit, très certainement nous n’aurons pas de dette. Par conséquent :

  • La personne qui prie Awwābīn aura la récompense de 12 années d’adoration.
  • La personne qui prie Awwābīn aura ses péchés effacés même s’ils sont équivalents à l’écumes de tous les océans.
  • Awwābīn est une autre dénomination de Tawwābīn. C’est-à-dire ceux qui se repentent en abondance. ’Allāh Ta‘ālā aime les gens qui se repentent énormément.  Celui qui se repent est comme celui qui n’a pas commis de péché.

Ṣalāt-ul-tahaddjud

C’est la Ṣalāh la plus vertueuse et la plus facile de toute les Ṣalāh nafl. Shayṭān nous fait comprendre qu’il n’est pas possible d’accomplir cette Ṣalāh et nous prive par la même occasion de ses vertus ! Il est rapporté dans les Ḥadith que toute Ṣalāh après la ‘ishā’ est tahaddjud.  ‘Allāmah Shāmi  رحمه الله تعالى en prenant comme base ce Ḥadīth mentionne que  toute Ṣalāh après la ‘ishā’ est tahaddjud (même avant de dormir ou avant le milieu de la nuit).  Uniquement par le fait de faire deux unités de prière après la ‘ishā’, même assis, nous auront accompli le tahaddjud.  En voici les vertus du tahaddjud  :

  • C’est la voie des pieux
  • Vous devenez un bien aimé d’Allāh Ta‘ālā
  • Les péchés sont effacés
  • Cette prière nous accorde les ressources nécessaires pour rester à l’écart des péchés.

En faisant le tahaddjud une personne aura les du‘a’ de toutes les Ṣalāh des musulmans de l’univers (même celui de son ennemi). En effet dans le tashahhud, on dit :

 » Que la paix soit sur nous ainsi que sur les esclaves pieux d’Allāh Ta‘ālā »

Par conséquent, en faisant uniquement deux raka‘āt de tahaddjud après ‘Isha on profitera de ce bienfait.

Ṣalāt-ul-ishrāq

Il est généralement coutume qu’après le fadjr, la communauté est constant dans la lecture du Qur’ān, le dhikr,… Cependant, 15 minutes après le lever du soleil, l’heure d’Ishrāq commence.  Cette Ṣalah est au minimum de 2 raka‘āt.  Même si une personne se repose après le fadjr puis fait la Ishrāq un peu plus part, sa prière sera accomplie mais les récompenses seront moindres.

  • ‘Ishrāq est supérieur que de dépenser tout l’or et l’argent du l’univers dans le chemin d’Allāh Ta‘ālā.
  • En l’accomplissant on aura la récompense d’avoir accompli le Haddj et la ‘Umrah
  • Les besoins journaliers seront obtenus.

Ṣalāt-uḍ-ḍuḥā (Chāst)

L’heure de cette prière commence après celle d’Ishrāq et dure jusqu’à midi.  Par conséquent une personne peut accomplir la Ṣalāt-uḍ-ḍuḥā (Chāst)  immédiatement après la Ṣalāt-ul-ishrāq.  Ṣalāt-uḍ-ḍuḥā (Chāst) est la Ṣadaqah pour les joints des os du corps humain (pour ce bienfait qu’Allāh nous  a accordé).  La personne qui est atteint de goutte ou d’arthrose peut accomplir cette prière pour ‘Allāh avec l’espoir d’avoir la guérison.  Il ne faut pas confondre l’intention de la prière qui est pour ‘Allah et les éventuels profits qu’on pourrait obtenir de cette prière. Dans notre cas le profit c’est la guérison si ‘Allāh le veut. Dans la Ṣalah Nafl, on peut cumuler les intentions et avoir les récompenses en conséquence. On peut uniquement par l’accomplissement de deux unités de prières faire l’intention de Ṣalātut Tawbah, Ṣalātul Hājah, Ṣalātush Shukr, Ṣalātul Istikhārah, Ṣalātul Awwābīn, Ṣalātut Tahaddjud Ṣalātuḍ ḍuḥā, Ṣalātus Safr, Tahiyyatul Wudḍu, Tahiyyatul Masdjid.  A cela on peut attribuer les  thawāb à Nabi Karim صلي الله عليه و سلم, a ses épouses, à ses enfants, à sa famille, aux Ṣaḥābah رضي الله عنه, aux Tābiʻīne, aux Tābi Tābiʻīne, aux ‘Ulamā’, aux Mashāikh de la communauté, aux Shuhadā’, aux biens aimés d’Allāh Ta‘ālā, à nos parents, à notre famille, aux morts, aux amis, aux étudiants en islām, à toutes personnes qui font des œuvres sociales et aux personnes qui œuvrent pour le dīne ou tout simplement à tous les musulmans.

Publication 4 Institut Sabiloul Kawsar – 1 Rabiʻuth thāni 1436 (21 Janvier 2015)

Traduit par Mufti Mouhammad Yassine Panchbhaya.

Publication original de l’Université Shar’iyyah d’Azaadville

Les sounnah des jours de l’Ayyām-ut -tashrīq.

LE TAKBῙR-UT-TASHRῙQ

Ce takbīr  devra être lu à partir de la Ṣalāt-ul-fajr du 9e dhul Ḥidjjah takbīr jusqu’à la Ṣalāt-ul-aṣr du 13e Dhul Ḥidjjah. Soit pour un total de 23 Ṣalāt. Toute personne homme ou femme faisant la Ṣalāt seul ou en djamāte devra le lire. Les hommes devront le lire à haute voix et les femmes à voix basse (Shāmi). Le takbīr  est le suivant :

اَللَّهُ أَكْبَرُ اَللَّهُ أَكْبَرُ، لا إِلَهَ إِلا اللَّهُ، وَاللَّهُ أَكْبَرُ اللَّهُ أَكْبَرُ وَلِلَّهِ الْحَمْدُ

Allāhu Akbar, Allāhu Akbar, Lā ilāha illallāhu Wallāhu Akbar, Allāhu Akbar wa lillāhil ḥamd.

LA ṢALAH DE ῙDE

Les actions sunnah (et mustaḥab) le jour de īde.

1-Se réveiller tôt (pour la  salah de fadjr) et se préparer pour la salah de īde.

2-Prendre le ghusal et faire le miswāk.

3-Se vêtir de ses plus beaux habits.

4-Mettre du iʻtr (Parfum).

5-Ne rien manger avant la viande de qurbāni.

6-De lire le takbīr tashrīq à haute voix en se rendant au muṣallah (īde-gah).

La façon d’accomplir la Ṣalah de īde.

La Ṣalah de īde s’accomplit comme la Ṣalah de djumaʻh (prière du vendredi) avec des divergences sur trois points.

1-Pour la Ṣalah de djumʻah les deux ḳutbah (sermons) sont avant la Ṣalah. Pour la salah de īde les deux khutbah seront après la salah.

2-Dans la Ṣalah de īde, après avoir lu le thana lors de la première rakaʻāt, l’imām dira trois fois Allāhu Akbar (Allāh est grand) et il lèvera ses mains à chaque fois. Après la première fois et la deuxième fois on laissera tomber les bras sur le côté de notre corps. Après le troisième levé, on croisera alors les mains.

3-Lors du deuxième rakaʻāt, avant de partir dans le rukūʻ (la génuflexion) l’imām dira trois fois Allāhu Akbar (Allah est grand). Il lèvera ses mains à chaque fois et les laissera tomber par la suite. Après la troisième fois, l’imām dira Allāhu Akbar (Allāh est grand) de nouveau. A ce moment il faudra partir dans le rukūʻ (la génuflexion).

LA FACON DE SACRIFIER l’ANNIMAL

Les précautions à prendre sont :

1-De bien attacher l’animal avant de l’égorger et de ne pas égorger un animal devant un autre.

2-De ne pas le faire souffrir.

3-D’utiliser un couteau bien aiguisé.

4-De lire ce duʻā’ avant de l’égorger :

 إِنِّي وَجَّهْتُ وَجْهِيَ لِلَّذِي فَطَرَ السَّمَوَاتِ وَالأَرْضَ حَنِيفًا وَمَا أَنَا مِنْ الْمُشْرِكِينَ إِنَّ صَلاتِي وَنُسُكِي وَمَحْيَايَ وَمَمَاتِي لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ لا شَرِيكَ لَهُ وَبِذَلِكَ أُمِرْتُ وَأَنَا مِنَ الْمُسْلِمِينَ اللَّهُمَّ مِنْكَ وَلَكَ.

Pour Allāh, j’oriente mon visage fermement et surement vers celui qui a créé les cieux et la terre et je ne suis pas parmi les associateurs. Certes, mes prières, mes actes d’adoration, ma vie, ma mort appartiennent à Allāh Seigneur des mondes. Il n’a pas d’associé. Et cela  m’a été ordonné. Ô Allāh (ce qurbāni) est de toi pour toi.

5-Au moment d’égorger :

بِسْمِ اَللَّهِ اَللَّهُ أَكْبَرُ

.J’égorge au nom d’Allāh, Allāh est le plus grand

 6-Après l’égorgement, lisez :

اَللَّهُمَّ تَقَبَّلْهُ مِنِّي كَمَا تَقَبَّلْتَ مِنْ حَبِيْبِكَ مُحَمَّدٍ وَ خَلِيْلِكَ اِبْرَاهِيمَ عَليْهِمَا الصَّلَوةُ وَ السَّلامُ.

O Allāh, accepte ce qurbāni   de moi comme tu l’as accepté de ton bien aimé Muammad  et de ton cher ami Ibrāhim (Paix et salutations sur eux deux).

La jurisprudence concernant le qourbāni.

1-Sur qui le qourbāni  est obligatoire ?

Le qurbāni  sera obligatoire sur toute personne possédant le nisāb de la zakāt en euro ou en valeur d’objets qui ne sont pas nécessaires pour sa vie quotidienne (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, page 225). Exemple de bien non nécessaire pour la vie quotidienne  (TV, surplus de vaisselles, deuxième voiture, etc…)

2-Le qourbāni  est-il obligatoire sur un enfant non bāligh (pubert) ?

Non, le qourbāni   ne sera pas obligatoire sur un enfant non bāligh (Shāmi).

3-Un homme a acheté un cabri pour son qourbāni   en pensant qu’il sera wādjib sur lui. Puis lorsque les jours de qurbāni   arrive, il est devenu pauvre. Que doit-il faire ?

S’il est devenu pauvre avant le premier jour du qourbāni   et il l’est resté jusqu’à la fin des trois jours, alors le qurbāni   n’était pas wādjib sur lui. Il pourra revendre cet animal (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, page 236).

4-Un père a fait le qourbāni   (wādjib) de son fils sans sa permission? A son retour, son père lui dit j’ai fais ton qourbāni  . Il dit : « C’est très bien, prend cet argent pour mon qurbāni   ». Le qurbāni   du fils sera-t-il valable ?

Le qourbāni   du fils ne sera pas valable et aussi celui des autres qui ont partagé l’animal ne seront pas valable. Tous les associés du bœuf (ou du chameau) doivent redonner la valeur d’une part en ṣadaqah (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, P252, Muḥītūl Burḥāni)

5-Avec quel animal est-il possible de faire le qurbāni   ?

Il est possible de faire le qurbāni   avec un chameau de 5 ans, un bœuf de 2 ans,  un cabri d’un an et un mouton d’un an. Cependant, si le mouton a au moins 6 mois et qu’en le mélangeant à un troupeau de mouton d’un an on n’arrive pas à faire la différence (de taille), alors il sera permit d’utiliser cet animal aussi (Shāmi, Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, P276).

Note : Cette permission concerne uniquement le mouton.

6-Est-il possible de faire le qourbāni   d’un cerf ?

Non, il ne sera pas possible même s’il a été apprivoisé. (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, P272 ; Fatāwah  Ḥindiyyah).

7-Est-il meilleur de faire le qourbāni   d’un animal mâle ou d’une femelle?

Si les deux animaux sont de la même valeur et que la qualité de la viande est identique, alors le qurbāni   d’un animal femelle sera meilleur (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, page 256).

8-Est-il meilleur de sacrifier un animal d’une part ou de prendre une part dans un animal de sept parts ?

Il sera meilleur de faire le qourbāni   d’un animal d’une part si les parts des deux animaux sont de la même valeur et que la qualité de la viande est identique (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, page 256).

9-L’animal doit-il avoir absolument les deux dents de devant pour être valable pour le qourbāni   ?

Il est nécessaire que l’animal a atteint l’âge précisé par la Charia (voir question 5). Les dents sont des signes qui prouvent que l’animal a atteint l’âge fixé pour le qurbāni. Cependant si un animal n’a pas ses dents mais il y a la certitude que l’âge est correct alors il sera permit de prendre cet animal pour le qurbāni   (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, P280).

10-Est-il permit d’utiliser un animal dont les cornes sont cassées pour le qourbāni   ?

Il sera permit d’utiliser  cet animal à condition qu’il possède encore une partie (même petite) de la corne. Cependant si la totalité de la corne (y compris la racine) a été cassée alors il ne sera pas possible d’utiliser cet animal (Shâmi, V5, P205 ; Hidāyah Kitābul Uḍḥiyyah).

11-Est-il permit d’utiliser un animal dont les oreilles ou la queue sont coupées pour le qourbāni   ?

Oui, il sera permit à condition que la partie coupée n’atteint pas le tiers du membre coupé. (Shāmi, Fatāwah  Raḥimiyyah)

12-Au moment de faire le qourbāni, l’animal se blesse (perd un œil, la queue se casse, etc… Est-il permit d’utiliser cet animal pour le qourbāni   ?

Oui, il sera permit d’utiliser cet animal pour le qurbāni   (Shāmi V5, P207).

13-Est t-il permit d’utiliser un animal handicapé d’une patte pour le qourbāni   ?

Si l’animal peut marcher en posant la patte handicapée par terre, alors il sera valable. S’il avance sur trois pattes et que la quatrième ne touche pas le sol alors cela ne sera pas valable (Fatāwah  Maḥmūdiyyah 26/31, P300).

14-Combien de part y-a-t-il dans un animal comme le bœuf ou le chameau ?

Il y a sept parts pour sept associés au maximum. (Fatāwah  Maḥmūdiyyah 26/31, P312)

15-Combien de part y-a-t-il dans un animal comme le cabri et le mouton ?

Pour un qurbāni   wādjib, le mouton et le cabri compteront pour une part. Cependant si plusieurs personnes souhaitent acheter ensemble  un mouton (ou un cabri) pour faire un qurbāni   mustaḥab pour le Saint-Prophète (SAW) alors cela sera possible (Fatāwah  Maḥmūdiyyah 26/31, P315).

16-Est-il meilleur d’acheter l’animal avant puis de chercher les sept associés. Ou de chercher les sept associés puis d’acheter l’animal ?

Il est meilleur de rechercher les associés avant d’acheter l’animal. (Majmahūl Anhāl,  V4, P129).

17-Est-il nécessaire que chaque associé d’un bœuf soit présent pour le qourbāni   ?

Non il n’est pas nécessaire mais moustahab. Cependant on doit prendre leur permission avant d’égorger l’animal (Fatāwah  Maḥmūdiyyah, 26/31, P329).

18-Sept personnes ont acheté un bœuf. Ils souhaitent se partager la viande. Quelle est la procédure ?

La viande devra être pesée pour le partage. Chacun devra avoir un septième. Si elle est partagée par estimation alors il sera nécessaire pour chaque personne de prendre une part parmi la tête, les pattes, la peau, la queue avec sa peau dessus (Hidāyah, Fatāwah  Dārul Iftā Azaadville).

19-Quelqu’un n’a pas fait son qourbāni  obligatoire (wādjib) l’année dernière. Peut-il faire le qaḍah de ce qourbāni   cette année ?

Non, il ne pourra plus faire ce qaḍah. Il donnera la valeur d’une part  moyenne de qourbāni   en ṣadaqah (Fatāwah  Maḥmūdiyyah 26/31, P342).

20-Une femme peut-elle égorger son qourbāni   ?

Oui, si  elle a les capacités physiques. (Shâmi, V5, P179). Et en présence des femmes uniquement ou de ses maḥram.

 

L’importance du mois de Dhul Ḥijjah.

La fin du mois de ramaḍān est malheureusement souvent ressentie comme un soupir. Celui de la fin de la période des adorations. Mais on oublie que les mois du Ḥajj commencent le premier shawwāl (Le jour de la īʻd-ul-fiṭr). Cela signifie qu’une personne peut mettre son iḥrām  le jour de la īʻd-ul-fitr et partir pour le Ḥajj qui commencera le 8 dhul ijjah.

Ce dernier mois du calendrier est marqué par quatre évènements:

1-      Le Ḥajj.

2-      La Uḍḥiyyah.

3-      L’importance des dix premiers jours.

4-      Le caractère sacré de ce mois.

1-Le Ḥajj, est le dernier pilier de l’Islam. C’est un voyage particulier car il s’agit d’un pèlerinage. C’est un voyage où tout musulman recherche le pardon de son créateur et fait l’intention d’améliorer sa spiritualité à son retour.

2-La Uḍḥiyyah (Le qurbāni ) nous fait revivre le sacrifice d’Ibrahīm (as) lorsqu’ Allāh lui demanda d’égorger son fils Ismāiʻl (as). Allāh nous dit clairement dans le Qur’ān, Surah Al Ḥajj, Verset 37.

لَنْ يَنَالَ اللَّهَ لُحُومُهَا وَلا دِمَاؤُهَا وَلَكِنْ يَنَالُهُ التَّقْوَى مِنْكُمْ

« Ni leurs chairs, Ni leurs sangs n’atteindront Allāh. Ce qui l’atteint c’est votre piété… »

Ce verset montre clairement que l’objectif recherché dans cette adoration est la piété.

Souvenez de ce point de jurisprudence, car il fait réfléchir sur notre intention.  « Pour une part de même valeur et pour une viande de même qualité, il est meilleur de sacrifier un animal d’une part que de prendre une part dans un animal à sept parts »  La demande ici est la piété… et  la sincérité…bien entendu.

3-Les dix premiers jours du mois de dhul idjjah sont des très importants et ses nuits le sont aussi. En effet, les adorations durant ces dix premiers jours sont plus récompensées. Dans un Ḥadīth, le Saint-Prophète (saw) a dit : « Il n’y a pas de meilleur moment pour adorer Allāh que pendant les dix premiers jours de dhul ijjah. Un jour de  jeûne est équivalent au jeûne d’une année. Et une nuit de iʻbādat est équivalent aux iʻbādat de la nuit de Layla-tul-Qadr ». (Tirmidhi – Ibn Mājah).

Allāh Taʻālā a juré (fait qassam) par les dix premières nuits de dhul idjjah dans la surah  Al Fajr. Cela montre combien ces nuits et ces jours sont importants. Mais il y a un grand nombre parmi nous qui ne font aucunement attention à cette période. Ce temps précieux qu’on laisse évaporer sans regret aujourd’hui sera certainement des sources de regret demain.

4-Le mois de dhul idjjah fait parti des mois sacrés qui sont : rajab, dhul qaʻdah, dhul idjjah et muḥarram. Ils sont aussi appelés Ashurul Ḥurum « Les mois interdits ». Ces mois sont aussi des périodes de trêve militaire.